QUI SUIS-JE ?

Photo de Kévin Thiré sur une machine à bois

(en pleine réalisation d’une planche de cruiser)

Photo établi

(bureau/établi de finition présent dans l’atelier)

Hey,

Je m’appelle Kévin Thiré-Audebrand et j’évolue dans le travail du bois, plus précisément l’ébénisterie, la menuiserie, la marqueterie, le tournage sur bois et la sculpture. Je crée les choses qui me font envie, je prototype, j’expérimente la matière sous toutes ses formes. Ces défis me permettent d’apprendre de nouvelles techniques.

Je développe également ma créativité grâce à mon parcours un peu atypique, puisqu’en effet en parallèle de tout ça, j’ai étudié en commerce, conception web et web marketing ces 4 dernières années.

Désormais, j’ai décidé de me lancer à fond dans cette nouvelle activité et de forger mon hêtre …

Quelques réalisations.

Au cours de ma jeune carrière, j’ai énormément développé d’idées à l’atelier en travaillant sur des skateboards avec une marqueterie, des bureaux, des tables basses, des reproductions d’appareils photos, des rampes de skate/bmx et toutes sortes de restaurations de meubles anciens, tourets etc… J’ai également eu la chance de participer à la fabrication du bureau de La Fayette pour la Frégate de la Liberté, l’Hermione. Ainsi que la restauration de monuments historiques tels que le Ritz Paris, la cité radieuse du Corbusier, un showroom Louis Vuitton mais aussi des hôtels particuliers.

La passion du bois.

Par où commencer…? Durant mon enfance, j’ai eu la chance d’avoir accès à un superbe petit atelier de menuiserie, appartenant à mes grands-parents. Je passais régulièrement mes mercredis après-midi et de mes week-ends dans cet endroit, sous les conseils avisés de mon grand-père Robert, fervent maçon passionné par le travail du bois.

C’est à ce moment-là que j’ai été captivé par la passion du bois. J’ai commencé par réaliser des épées en bois (l’incontournable), des « maquettes » de ponts (plutôt grossières) mais également des bateaux (plus soignés les uns que les autres) que nous allions ensuite mettre à l’essai au lavoir.

Aaah la belle époque, j’ai l’impression de parler d’un autre temps.